Bonjour, aujourd’hui je commence enfin à vous parler de quelques changements d’habitude assez simples pour diminuer l’impact de notre consommation sur l’environnement.

En utilisant nos cosmétiques (shampoings, gels douche, masques pour soins…) nous avons tendance à rejeter une certaine quantité de déchets. Que ce soient les bouteilles plastiques ou les micro particules plastiques contenues dans nos produits. L’image que nous avons de la pollution se résume bien souvent aux sacs plastiques qui flottent dans les océans mais il existe une pollution moins visible mais d’autant moins facile à éliminer : les microplastiques.

Ce sont des fragments d’objets qui peuvent apparaître lors de leur décomposition ou bien des microbilles que les industries n’hésitent pas à utiliser depuis quelques années dans la création de cosmétiques. Elles sont tellement petites (<5mm au maximum, 333 µm pour les plus petites) qu’elles passent  » à travers  » le traitement des eaux ou les filtres des machines à laver (pour la lessive par exemple).

 

De nombreuses alternatives existent et permettent une utilisation des cosmétiques sans déchets.

 

Les cosmétiques solides

 

 

Souvent emballés dans du carton biodégradable ou du papier recyclé, les cosmétiques solides ont souvent une meilleure composition que ceux des bouteilles en plastique. Ils ne contiennent pas d’eau et n’ont pas besoin de conservateurs ni de sulfates (les sulfates font partie des polluants de l’air). Vous avez l’impression de vous lavez les cheveux en douceur lorsqu’il y a beaucoup de mousse et pourtant les sulfates sont très irritants, desséchants et allergènes. 

→ Vérifiez toujours la composition de vos savons et shampoings, même solides, et préférez les marques qui s’engagent pour l’environnement. ←

Moins coûteux que les cosmétiques liquides du fait de leur durée plus longue, ils sont souvent vegan et cruelty-free (j’en reparle à la fin).

 




 

Pensez au fait que tous les produits chimiques que vous utilisez finissent dans l’eau, leur fabrication est aussi beaucoup plus polluante. De nombreux ingrédients sont issus de la pétrochimie : L’extraction, le transport et le raffinage du pétrole présentent un bilan écologique désastreux ! 

Je vous fais une petite liste des produits à éviter (à savoir que si vous choisissez des produits bio ou solides, ces ingrédients n’apparaissent pratiquement jamais dans la composition) :

• Les pesticides chimiques de synthèse : préférez une composition « d’origine naturelle »

• Les silicones : en plus d’être mauvais pour vos cheveux, ils mettent 500 ans à se dégrader dans les sols, ils sont interdits dans les cosmétiques bio.

• Des composés éthoxylés : extrêmement polluants à produire, ils sont d’une toxicité sans équivalents pour les milieux aquatiques. Voici une liste que vous pouvez retrouver sur internet…

– Les PEG et leurs dérivés : polyéthylène glycol, polypropylène glycol, polypropylène,…  
– Les composés se terminant par -eth (Sodium laureth sulfate…)
– Composés se terminant par -oxynol (Nonoxynol-9 phosphate…)
– Composés commençant par hydroxyethyl– (Hydroxyethyl cellulose)
– Polysorbates
– Polysilicones

• Les produits solaires à filtres UV chimiques : Des études ont montrés que des concentrations même infimes d’oxybenzone sont suffisantes pour affecter “les larves de corail qui n’arrivent plus à se fixer et prennent une forme anormale“.
Les coraux situés près des plages fréquentées sont couramment exposés à des doses de produit 12 fois supérieures au seuil de nocivité (…) A l’échelon mondial, ce sont 6 000 à 14 000 tonnes de crème solaire par an qui sont dispersées sur les récifs coralliens” mentionne Craig Downs à l’origine de cette étude.
Ces molécules sont interdites dans les produits solaires Bio.

 

Les cosmétiques bio sont souvent plus chers de quelques euros mais que représente cet argent quand la vie de milliers d’espèces est en jeu ?

 

Les Huiles Végétales

 

 

Pensez aussi aux huiles naturelles pour remplacer vos masques pour cheveux ou démaquillants … Par exemple, l’huile de coco est un très bon démaquillant, l’huile de ricin un très bon masque pour la repousse des cheveux ou en remplacement d’une crème anti-rides, l’huile d’argan peut servir de crème hydratante, d’agent coiffant ou encore d’après-shampoing ! Certaines huiles essentielles peuvent traiter l’acné ou servir de traitement contre les pellicules.

Même si ces huiles semblent chères, quelques gouttes seulement sont nécessaires à chaque utilisation. De plus elles ne provoquent quasiment jamais de réaction allergique puisque la composition est 100% naturelle.

Beaucoup de cosmétiques ou de produits ménagers sont aussi efficaces faits maison qu’achetés en grande surface. Il suffit parfois d’utiliser du vinaigre blanc ou du jus de citron plutôt que des produits chimiques corrosifs. Vous avez le site Aromazone pour tout ce qui est soins de la peau, des cheveux, ils proposent des ingrédients naturelles, parfois bio, pour fabriquer vous même vos produits en fonction de vos besoins.

 

Les Labels 

 

Des labels sont parfois présents sur les flacons ou étiquettes des produits. Il en existe beaucoup mais on retrouve plus couramment le label « cruelty-free » certifie que les ingrédients du produit final n’ont pas été testé sur les animaux. le label « vegan » qui signifie qu’aucun ingrédient n’est d’origine animale, normalement ils n’ont pas été testé non plus.

                                                             

Le label « One voice » a été décliné récemment en deux versions : le label orange attestant le « non testé sur animaux, végan et bio » et le label bleu pour le « non testé sur animaux et végan ».

 

 

 

J’espère que cet article pourra vous donner envie de faire plus attention à la composition des produits que vous utilisez, à bientôt !




Catégories : Lifestyle

1 commentaire

Pauline · 16 avril 2018 à 17 h 30 min

Merci Kinoa, oublie pas que les carottes rendent la peau douce 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *