La Terre présente parfois des phénomènes étonnants, aussi bien impressionnants qu’effrayants et magnifiques à la fois. Je vous en présente quelques-uns aujourd’hui :

 

Les Cénotes

 

Voici ce que l’on appelle un cénote (à prononcer Cénoté). En maya il signifie « Puit sacré ». Ce sont des gouffres remplis d’eau douce, puis d’eau de mer en profondeur (si le cénote communique avec l’océan par le biais de failles). Cette formation géologique insolite se produit principalement au Mexique dans les milieux Karstiques : c’est-à-dire des lieux où la structure fait face à une érosion hydraulique et hydrochimique de roches solubles, roches principalement constituées de calcaire.

Il en résulte alors un concentré de biodiversité incroyable, malheureusement ces sites sont menacés par l’écotourisme.

 

 

 

Les Trous Bleus

 

Il existe aussi des cénotes sous-marins, plus communément appelés trous bleus. Le trou bleu de Belize situé en Amérique centrale est surement le plus connu. Il est entouré de la barrière de corail du Belize. On le remarque au milieu des eaux turquoises car il forme un cercle de couleur beaucoup plus sombre.

 

 

Celui-là fait 300 mètres de diamètre et 120 mètres de profondeur. Lorsque l’on atteint une profondeur de 90 mètres, on peut observer une bande d’eau de 10 mètres de hauteur due à la décomposition de micro-organismes, l’eau est saturée de Dioxyde de Souffre. D’autres trous bleus sont plus profonds comme celui de Dean qui en fait 202. Pour rappel, le point naturel connu le plus profond se situe dans la fosse des Mariannes, c’est la fosse Challenger qui atteint 10 911 mètres au dessous du niveau de la mer.

 

 

La « Bombe de Méthane »

 

Si l’on entend souvent « CO2 » lorsque l’on parle du réchauffement climatique c’est parce qu’il s’agit du gaz le plus émis par l’Homme, c’est l’un des gaz à effet de serre les plus abondants. Mais voilà, le méthane est 28 fois plus « réchauffant » que le CO2 et ce que vous voyez sur la photo au-dessus sont des bulles de méthane emprisonnées dans la glace. Il existe du méthane emprisonné dans le sol, les roches un peu partout sur Terre mais ici, il se situe parfois à quelques millimètres de la surface, seulement une couche de glace sépare le gaz de l’atmosphère.

Si le réchauffement climatique provoque de plus en plus la fonte des glaces, le méthane sera libéré. On ne connait pas encore bien les conséquences, des scientifiques posent l’hypothèse que le méthane pourrait se dissoudre dans l’eau ou entraîner un réchauffement sans équivalent …

 

 

 

Les Aurores Boréales

 

Comment parler des phénomènes naturels sans citer les aurores boréales ? Elles sont observables dans l’hémisphère nord du globe (Quand elles apparaissent dans l’hémisphère sud, on les appelle aurores australes). Lorsqu’ont lieu des éruptions ou explosions solaires, le Soleil rejette de très grandes quantités de particules. Elles finissent par entrer en collision avec le champ magnétique de la Terre, qui est beaucoup plus important aux pôles. Elles interagissent alors avec les couches supérieures de l’atmosphère, les aurores boréales étant l’énergie libérée lors de cette interaction.

 

 

 

Le Phytoplancton Bioluminescent

 

Avez-vous déjà entendu parler de la bioluminescence ? Ce phénomène qui permet aux organismes vivants la production de lumière. Eh bien dans ce cas il s’agit du phytoplancton. L’oxydation de la luciférine par la luciférase (=enzyme) produit de la lumière grâce à l’énergie. C’est de l’énergie chimique qui est transformée en énergie lumineuse. 

Pour faire simple, lorsque la membrane du phytoplancton est stimulée mécaniquement, quand il est remué par les vagues par exemple, il réagit avec l’oxygène et produit une réaction bioluminescente !

 

 

On va s’arrêter là… Il reste tellement de phénomènes à présenter qu’ils feront probablement, par la suite, l’objet d’un article, à bientôt !

 

 





0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *