Bonjour tout le monde,
les vacances d’été approchent et je me dois de vous parler du tourisme et de l’exploitation animale. Vous êtes sûrement nombreux à partir en vacances et à vouloir vivre des choses inoubliables mais gardez à l’idée que les animaux ne sont pas des attractions touristiques et ne sont pas là pour vous servir de divertissement. Je vous parle aujourd’hui de quelques cas.

 

 

Corrida, Feria et Taureaux à la mer


Une Feria est une fête taurine qui a lieu dans le Sud de la France, en Espagne, au Portugal ou en Amérique Latine. Elle est caractérisée par une série de corridas ou encore de courses camarguaises etc. Je vous partage un texte trouvé sur les réseaux sociaux qui résume bien mieux la situation qu’une description rapide :

 

 

« Ce week-end, à Nîmes, ils seront 42 comme celui-ci, beaux, fiers, innocents, sans aucune méchanceté ni haine envers les humains. 
42 belles et pures âmes qui se retrouveront propulsées dans l’arène face à des bouffons ridicules gesticulants en tous sens. 
42 êtres majestueux, transpercés de toutes parts de dagues et lames mortelles, ne leur laissant aucune chance de survivre.
42 à lutter pour leur vie, dans le stress, la peur et l’horrible douleur, sous les hourras, les olés, les rires et les applaudissement d’un public d’inhumains décėrébrės, lâches et vils. Ça s’arrête quand cette horreur ? » (Texte de Sylvie Perrault)
Bien-sûr, le taureau étant un animal puissant, l’homme a décidé de lui faire supporter une série de blessures dans le but de l’affaiblir. Après avoir passé plusieurs jours dans des camions sur un sol incliné (pour fatiguer les taureaux), sans eau ni nourriture, les cornes sont sciées de quelques centimètres (imaginez la douleur qui est semblable à des dents taillées à vif pour un humain), le taureau perdra alors ses repères spatiaux. Si vous ne voyez jamais les cornes abîmées c’est dû à la présence de résine et de colle pour donner l’impression de cornes intactes. L’utilisation d’anti-inflammatoires, de tranquillisants et de sédatifs est aussi très fréquente. Les yeux des bêtes sont enduits de vaseline pour les désorienter, leurs pattes sont recouvertes d’essence de térébenthine pour empêcher le taureau de rester immobile, des aiguilles cassées sont enfoncées dans les testicules afin qu’il ne s’affale pas ou ne s’assoie pas. Du coton est mis dans les naseaux pour rendre la respiration plus difficile. Enfin, juste avant l’entrée dans l’arène, des sacs de sables sont jetés sur les reins de l’animal pour l’affaiblir encore et encore… Voilà le spectacle peut commencer..

 

L’animal sera finalement mis à mort dans d’atroces souffrances sous l’applaudissement du public. Il existe certains « jeux » dans lesquels le taureau sera lâché dans l’eau par exemple avec des centaines de personnes le repoussant pour l’empêcher de remonter mais sachez que l’animal n’en souffre pas moins, stressé et maltraité avant les jeux il gardera des séquelles et mourra parfois d’épuisement et de peur. Les animaux ne sont pas des jouets, pourtant ces pratiques ne sont toujours pas entièrement considérées comme de la maltraitance sur être innocent.

Des pétitions ( ou encore ici ) existent mais la « tradition » paraît plus importante pour certains …

 

 

Temples de Tigres

 

Des milliers de touristes se précipitent chaque année en Thaïlande au temple Wat Pha Luang Ta Bua, lieu de culte bouddhiste. ce sanctuaire accueille pas moins de 130 félins et quelques autres animaux. Les touristes peuvent se prendre en photo à coté de bébés ou jeunes tigres ou, au moins, prendre en photo les moines qui s’occupent des félins. Pourtant tout n’est beau qu’en apparence…

Pour la petite histoire:

« Le Temple a reçu son premier tigre en 1999. Il s’agissait alors d’un animal dont la mère avait été abattue et qui avait été découvert et donné aux moines par des villageois. Malheureusement, celui-ci est mort quelques temps après, mais le temple a continué de recueillir des tigres. Ainsi, le lieu affirme que tous les spécimens seraient des tigres dont la mère a été tuée ou qui servaient d’animal de compagnie avant que des propriétaires ne le donnent au temple. […] D’après l’organisation Care for the Wild International, les animaux étaient en fait achetés au marché noir. »

 

 

Plusieurs touristes affirment avoir vu des situations pour la plupart dérangeantes. Les tigres se laissent faire alors qu’ils sont sans cesse manipulés par les touristes, queue tirée, dérangés pour lever la tête quand touriste réclame sa photo souvenir, frappés à coups de chaises et de bâtons pour rester calmes. Le temple est accusé de droguer les tigres dans le but de les rendre dociles. Lorsqu’ils ne servent pas d’attraction touristique, ils sont enfermés dans des cages par soucis de sécurité, leur alimentation se compose uniquement de viande blanche par soucis économique alors que la viande rouge est indispensable à leur santé, leur assurant une bonne croissance musculaire.

Les bébés sont rapidement séparés de leur mère car ils représentent l' »attraction » principale du temple, uniquement nourris au biberon, ils seront manipulés beaucoup trop souvent par les touristes.

 

 

Si le temple affirme se préoccuper de la conservation des tigres, il ne pourra en fait pas les relâcher dans la nature puisque les animaux ont été élevé en captivité totale. Les bénéfices réalisés par le temple serviraient principalement à agrandir les lieux, offrant aux touristes de nouveaux moyens d’observer et de s’approcher des tigres.

Pour des touristes, l’idée du temple des tigres semble être parfaite, s’approcher d’animaux aussi impressionnant et en liberté (ou presque) paraît génial. Mais demandez vous pourquoi des animaux aussi sauvages peuvent rester calmement auprès des humains.

 

 

Balades à dos d’éléphants 

 

On retourne une nouvelle fois en Asie où l’on parle cette fois des éléphants !

Une autre activité touristique probablement plus connue que le temple des tigres consiste à monter sur des éléphants d’Asie et se promener au sein des forêts ou près des fleuves thaïlandais. Des polémiques apparaissent souvent sur internet avec récemment l’histoire d’un éléphant mort d’épuisement et d’une crise cardiaque près du site d’Angkor Vat au Cambodge liée à l’activité touristique trop intense. 

Les balades d’une heure minimum se déroulent aux côtés d’un Thaï qui va surveiller 2 éléphants maximum. Les éléphants portent 1 ou 2 personnes sur des « sièges » beaucoup trop lourds pour eux. Le Thaï utilise ce que l’on appelle un « bullhook », un pic pointu qui sert « en cas de dérapage ». Il l’utilisera en fait pour obliger l’animal à se coucher dans l’eau et faire vivre une nouvelle expérience aux touristes. De plus, les éléphants ont couramment leurs pattes enchaînées entre elles, ils semblent fatigués (ce qui n’est pas surprenant puisqu’ils font des activités tous les jours d’une durée de 2 ou 3 heures). Quant aux abris des animaux, ils sont entourés de barbelés.

 

 

Pour rendre l’animal docile, les humains agissent d’une façon semblable à celle de la préparation des taureaux que l’on a vue précédemment. L’éléphant étant un animal beaucoup plus imposant, l’acte a lieu lorsque l’animal est bébé. Le rituel est appelé « phajaan », ce qui signifie « briser, broyer l’éléphant », c’est-à-dire séparer l’âme du corps pour l’amener à obéir. L’éléphanteau est arraché à sa mère puis soumit à une série de souffrances, enchaîné pendant plusieurs jours, il sera battu à des endroits stratégiques et douloureux, traumatisé car privé de nourriture. Prêt à tout pour que ses douleurs cessent, il se soumettra aux hommes qui pourront lui apprendre tout une série de tours pour amuser les touristes (éléphants peintre, footballeurs etc). Il subira toujours des blessures une fois adulte s’il ne se plie pas aux règles. 50% des éléphanteaux qui subissent le rituel meurent.

 

 

Au début du 20ème siècle, 100 000 éléphants vivaient en Thaïlande, aujourd’hui on en compte 5 000 dont la moitié est domestiquée. À ce rythme, les pachydermes pourraient disparaître d’ici 30 ans.

Il y a tellement d’endroits magnifiques à visiter, d’animaux sauvages à observer dans leur habitat naturel, mais évitez leur exploitation. Ils n’ont pas à servir de voiture, d’attraction, ils n’ont pas non plus à être humiliés sous les rires et les cris des humains.

S’il vous plaît partagez cet article, s’il peut en apprendre plus sur l’envers du décors et éviter à certaines personnes de participer à la maltraitance de ces animaux, c’est tout ce qui compte. Merci d’avoir lu,. Bonnes vacances pour ceux qui en ont et à bientôt !

 





0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *